CFP: Leaving the Conversation: intersections of food, fermentation, and feminism

CALL FOR PAPERS |  Special issue of CuiZine: the Journal of Canadian Food Cultures “LEAVENING THE CONVERSATION: intersections of food, fermentation, and feminism” Appel à soumissions | numéro thématique de CuiZine : la revue des cultures culinaires au Canada.

« Des idées qui fermentent : aux croisements de la nourriture, de la fermentation, et du féminisme »

DEADLINE FOR RESEARCH ABSTRACTS: TUESDAY, October 10, 2017

ÉCHÉANCE POUR LES RÉSUMÉ D’ARTICLES DE RECHERCHE: MARDI, 10 OCTOBRE, 2017

(la version française suit l’anglais)

Food is a medium. Like conventional examples of media, food carries both content and relational messages that are produced, distributed, and consumed frequently and widely. As content, foods are the literal vehicles for delivering messages that are subsequently decoded and digested into meaningful units. Once absorbed, food-as-content can then be repurposed and mobilized by bodies, recirculating nutrients where needed. Fermented foods, in particular, act as a medium that interfaces between humans, microbes, and microbial foods. As a transformative process, fermentation incorporates multiple species, multiple senses, and multiple scales. As a metaphor, it operates as a productive figure for speculation and experimentation. Fermented foods also carry meaning and, as such, play into the relational and identity politics of the everyday eater. Here, a feminist lens provides a complex understanding of how the material and the discursive are constructed in and through food rituals, performatives, and customs. Where heteronormative ideologies dictate and prescribe, feminism and fermentation are grounded in the affective, the sensorial, and the peripheral. Thus, food, fermentation, and feminism literally and metaphorically figure into each other.

At the core of each of these domains –food, fermentation, and feminism– are binaries that animate dominant paradigms and power structures. Food is characterized by good/bad aesthetics, health/junk parameters, gourmet/street, and conventional/organic ideologies. Fermentation deals with human/nonhuman, self/other, and mind/body dualisms. Lastly, feminism is equally haunted by gender binaries, public/private spheres, productive/reproductive labor, affect/intellect, though many feminist scholars are actively collapsing these to propose alternate framings. We ask the question, what are the intersections between fermentation and feminism? How can material and discursive shifts in these domains be leavened with the type of complexity that supports social change?

This special issue will have a firm focus on the intersections of food, feminism, and fermentation. This could mean papers that examine how food mediates and how it (re)negotiates assumptions about subversion and agency. It can also mean papers that apply a critical/feminist lens to processes of transformation, care, and working-with. Papers can also be a theoretical endeavor of bringing these three worlds together and examining ideological contact zones. We are interested to know about food, feminism, and fermentation as complex models for thinking beyond the ontological binaries to which they are often bound. We are curious about epistemological frameworks that compare how knowledge(s) are produced and circulated in order to rearrange our thinking about expertise, practices, and identities.

Some topics of interest include (but are not limited to):

  • foods performing feminism, or vice versa
  • fermentation as a feminist intervention
  • transformative and/or disruptive processes
  • intersectionality and ferments
  • the gendering of food/ferments
  • notions of gender and purity/contamination
  • nourishment and/or feminist notions of care
  • bodies as unbound and porous
  • microbial agency and relational politics
  • heteronormativity and ferments
  • ferments and questions of scale
  • food, fermentation, and intimacy
  • gustatory/sexual consumption
  • food, participation, and agency
  • circulation of affect and praxis
  • food activism and materiality
  • radical media and microbes
  • changing gender roles over who is fermenting/ performing this labor

We welcome abstracts from a variety of fields, including communication studies, gender studies, cultural studies, history, anthropology, sociology, English, art, political science philosophy, life sciences, as well as other disciplines. We hope to gather ideas from a broad geographic range.

Submission Guidelines

Submissions can be in English and in French.

Please send an abstract (400-500 words) outlining the trajectory of the paper. Additionally, please include 3-5 keywords as well as a brief biography (max. 100 words).

Send all abstracts to food.feminism.fermentation[at]gmail.com with “CuiZine” in the subject line and please cc. cuizine@ustboniface.ca.

Abstracts due October 10, 2017.

 Guest Editors

Alex D. Ketchum, Department of History, McGill University

Maya Hey, Department of Communication Studies, Concordia University Timeline

Abstracts due ………………………………………………October 10, 2017

Authors notified ……………………………………………October 13, 2017

Author’s finished text for all research articles,

book reviews & creative works due ……………………….December 15, 2017

Papers assigned to blind peer-review ……………………… December 17, 2017

Reviewers finish comments; papers sent back to authors … February 15, 2018 Authors send final submissions to guest editors ………….. April 30, 2018 

Guest editors send completed manuscript to CuiZine ……. June 1, 2018 

(la version française)

La nourriture est un média. La nourriture, tout comme les autres médias plus traditionnels, transmet, produit, et véhicule des messages relationnels, ces derniers pouvant être consommés à petites et grandes échelles. La nourriture est aussi un contenu : d’une part, contenu au sens de message à communiquer, mais, d’autre part, littéralement, contenu, au sens de contenant. La nourriture constitue un véhicule pour les messages à décoder et à digérer, desquels on retire un certain sens. Une fois absorbée, la « nourriture-comme-contenu » peut alors être utilisée par le corps, qui en retire les nutriments au besoin. Les aliments fermentés, en l’occurrence, constituent un type de ‘média’ particulier, là où se rencontrent les humains, les microbes et les aliments d’origine microbienne. En tant que processus de transformation, la fermentation recoupe un certain nombre d’espèces, de sens, et d’échelles. En tant que métaphore, la fermentation rappelle la spéculation et l’expérimentation. Les aliments fermentés sont porteurs de sens et peuvent donc jouer un rôle dans les échanges relationnels et individuels du consommateur moyen. Un regard féministe permet d’élucider comment le matériel et le discursif sont construits à travers divers rituels alimentaires, diverses performances, et diverses coutumes. Alors que les idéologies hétéronormatives dictent et prescrivent, le féminisme et la fermentation sont ancrés dans l’affectif, le sensoriel, et la périphérie. La fermentation, le féminisme, la nourriture : une boucle qui se boucle tant sur le plan métaphorique que littéral.

Dans chaque domaine – l’alimentation, la fermentation, et le féminisme – on y retrouve des concepts binaires qui animent les paradigmes et les relations de pouvoirs. L’alimentation est souvent qualifiée comme étant « saine » ou « bonne » / « malsaine » ou « mauvaise ». Les aliments  sont  « bons »  ou  « mauvais »,  « gastronomes »  ou  « bas  de  gamme »  ou  même

« street », « transformés » ou « bios ». La fermentation, quant à elle, c’est le soi et l’autre, l’humain et le non-humain, le corps et l’esprit. Le féminisme est préoccupé par des conceptualisations binaires telles que le  public  et  le  privé,  le  travail  productif  et reproductif, l’affect et l’intellect, mais de plus en plus, les chercheurs et chercheuses dans ce domaine tente de démanteler ces concepts binaires. Nous nous intéressons donc aux questions suivantes : quels sont les intersections ou les croisements conceptuels entre la fermentation et le féminisme? Comment peut-on engendrer des changements sur les plans matériels et discursifs de manière à favoriser le progrès social, et ce, tout en ayant une appréciation complexe de ces divers changements?

Ce numéro spécial se concentra sur les croisements conceptuels et tangibles entre la nourriture, le féminisme, et la fermentation. Les analyses peuvent porter sur les aliments comme « médiateurs » de la subversion ou de l’autorité. Nous invitons aussi les réflexions féministes portant sur la transformation, le bien-être, et le collaboratif (« working with »). Les réflexions théoriques portant sur les trois thématiques et leurs zones de contacts sont également bienvenues. Nous concevons la nourriture, le féminisme, et la fermentation comme un modèle complexe pour aller au-delà des conceptualisations ontologiques binaires auxquelles ces domaines sont normalement associés. C’est avec curiosité et intérêt que nous réfléchirons sur les cadres épistémologiques qui produisent et font circuler les savoirs à propos de l’expertise, les pratiques et les identités.

Voici une liste des thèmes proposés (celle-ci ne se veut pas exhaustive) :

  • les aliments « qui performent » le féminisme (ou vice versa)
  • la fermentation comme intervention féministe
  • les processus transformatifs et perturbateurs
  • l’intersectionalité et les ferments
  • le genre, la nourriture, et les ferments (les aliments genrés)
  • les notions relatives au genre et la pureté/la contamination
  • l’alimentation et les notions féministes relatives aux soins/bien-être
  • les corps comme poreux et dissociés ou non-liés
  • les agents microbiens et la politique relationnelle
  • l’hétéronormativité et les ferments
  • les ferments et les échelles
  • la nourriture, la fermentation, et l’intimité
  • le plaisir gustatif et sexuel et sa consommation
  • la nourriture, la participation, et l’autorité
  • la circulation de l’affect
  • l’activisme et la matérialité
  • les médias radicaux et les microbes / agents microbiens
  • les rôles et les genres dans le travail lié à la fermentation

Nous acceptons des résumés d’une grande variété de disciplines, y compris: les communications, les études sur les genres, les études culturelles, l’histoire, l’anthropologie, la sociologie, English, les arts visuels, les sciences politiques, la philosophie, les sciences du vivant, etc. Nous souhaitons recevoir des contributions de la part d’auteurs aux horizons divers.

Consignes

Les soumissions peuvent être rédigées en français ou en anglais.

Veuillez faire parvenir un résumé de 400 à 500 mots décrivant les points importants de l’article. Veuillez inclure 3 à 5 mots clés. Veuillez également faire parvenir une note biographique (100 mots maximum). Si vous avez une version bilingue de votre note, n’hésitez pas à nous la fournir.

Veuillez faire parvenir les documents à food.feminism.fermentation@gmail.com avec cuizine@ustboniface.ca en cc. Veuillez indiquer ‘CuiZine’ dans le sujet de votre courriel.

Date d’échéance : 10 octobre 2017 

Co-rédactrices invitees

Alex D. Ketchum, Department of History, McGill University

Maya Hey, Department of Communication Studies, Concordia University Calendrier

Résumés d’articles…………………………………………………. 10 oct., 2017

Confirmation de l’acceptation ou du refus…………………………13 oct., 2017

Versions finales des articles et des comptes rendus ……………… 15 déc., 2017

Envoi pour évaluation par les pairs ………………………………… 17 déc., 2017

Envoi de la rétroaction aux auteurs ………………………………. 15 fév., 2018

Remise des version finales ………………………………………… 30 avril, 2018

Version finale du numéro acheminé à CuiZine ……………………. 1 juin, 2018

Date de publication provisoire………………………………automne / hiver 2018

Leave a comment

Filed under anthropology

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s